Le pilier 4

Un pilier du socle commun de connaissances et de compétences est dédié aux TUIC. On remarquera au passage que ces technologies, qualifiées de nouvelles jusqu’à présent, sont maintenant devenues usuelles ; la modification de l’adjectif n’est pas anodine comme on peut le comprendre dans l’introduction. Le concept de culture numérique est mentionné en préambule, c’est un enjeu fondamental pour l’école que de constituer cette fameuse culture ou d’éclairer sur le plan éducatif les usages que nos élèves font des TUIC.

La culture numérique implique l’usage sûr et critique des techniques de la société de l’information. Il s’agit de l’informatique, du multimédia et de l’internet, qui désormais irriguent tous les domaines économiques et sociaux.

Le texte insiste aussi sur les usages que les élèves font de ces technologies avec lesquelles ils sont nés et grandissent. Cette utilisation extra-scolaire a-t-elle un impact sur l’école ? C’est en tout cas ce que la recherche tente de comprendre en étudiant les formes d’apprentissage que développeraient ceux que les chercheurs nomment "digital natives".

Ces techniques font souvent l’objet d’un apprentissage empirique hors de l’école. Il appartient néanmoins à celle-ci de faire acquérir à chaque élève un ensemble de compétences lui permettant de les utiliser de façon réfléchie et plus efficace.

Les connaissances et les capacités exigibles pour le B2i collège (Brevet informatique et internet) correspondent au niveau requis pour le socle commun. Elles sont acquises dans le cadre d’activités relevant des différents champs disciplinaires. Pour en savoir plus, on consultera la rubrique consacrée au B2i sur ce site.

 Connaissances

On peut légitimement penser que l’école, en faisant acquérir ces connaissances d’ordre technique, remplit pleinement son rôle éducatif en détachant les enfants d’une vision magique de l’ordinateur et d’Internet en particulier. Elle assume ainsi de fait une des fonctions que la nation lui assigne : préparer les élèves à vivre dans la société de l’information.

Les élèves doivent maîtriser les bases des techniques de l’information et de la communication (composants matériels, logiciels et services courants, traitement et échange de l’information, caractéristiques techniques, fichiers, documents, structuration de l’espace de travail, produits multimédias...).

Ils doivent également savoir :
- que les équipements informatiques (matériels, logiciels et services) traitent une information codée pour produire des résultats et peuvent communiquer entre eux ;
- que l’usage de ces outils est régi par des règles qui permettent de protéger la propriété intellectuelle, les droits et libertés des citoyens et de se protéger soi-même.

 Capacités

Les 4 grands domaines du B2i sont ici énumérés, ils sont communs au B2i collège et au B2i lycée.
cf la rubrique B2i du site, sous rubrique "différents outils" et le tableau synoptique des 3 B2i.

La maîtrise des techniques de l’information et de la communication est développée en termes de capacités dans les textes réglementaires définissant le B2i :
- s’approprier un environnement informatique de travail ;
- créer, produire, traiter, exploiter des données ;
- s’informer, se documenter ;
- communiquer, échanger.

 Attitudes

L’accent est mis sur un usage sûr et critique des TUIC, c’est bien un objectif citoyen que l’école ne peut ignorer sauf à ne pas assurer intégralement l’égalité des chances chère à l’institution. Ce paragraphe est à rapprocher du pilier 7 et des capacités listées dans le chapitre intitulé : se préparer à sa vie de citoyen.
Je citerai celles-ci :
- savoir évaluer la part de subjectivité ou de partialité d’un discours, d’un récit, d’un reportage ;
- apprendre à identifier, classer, hiérarchiser, soumettre à critique l’information et la mettre à distance ;
- savoir distinguer virtuel et réel ;
- être éduqué aux médias et avoir conscience de leur place et de leur influence dans la société ;

Le développement du goût pour la recherche et les échanges d’informations à des fins éducatives, culturelles, sociales, professionnelles doit s’accompagner d’une attitude responsable - domaine également développé dans la définition du B2i - c’est-à-dire :
- une attitude critique et réfléchie vis-à-vis de l’information disponible ;
- une attitude de responsabilité dans l’utilisation des outils interactifs.

Auteur(s) : Elisabeth Hordequin (Elisabeth Hordequin) le 28/10/2009

SPIP | | | Plan du site | Mentions légales |
Site optimisé pour Mozilla Firefox et Safari 5 - Contenu sous licence Licence du site